de liens

    Thèmes

    de liens

    Les élus des petites communes doivent-ils être rémunérés par leur employeur dans le cadre du crédit d’heures ?

    Questions écrites n°17161, Sénat, 29 octobre 2020

    NON.

    Afin de disposer du temps nécessaire à l'administration de leur collectivité, ou pour préparer les réunions liées à leur mandat, les élus locaux disposent d'un crédit trimestriel d'heures, que l'employeur est tenu de leur accorder sur demande.
    Contrairement aux crédits d'heures, les heures correspondant à des autorisations d'absence peuvent faire l'objet d'une rémunération, bien que celles-ci ne constituent pas une obligation pour l'employeur.
    De manière générale, il convient de rappeler que l'exercice d'un mandat local ne doit pas constituer un motif de discrimination au sein de l'entreprise.

    En outre, l'article 89 de la loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 relative à l'engagement dans la vie locale et à la proximité de l'action publique dite loi « engagement et proximité » établit le principe selon lequel les salariés titulaires d'un mandat local doivent être considérés comme faisant partie de la catégorie de personnes qui, au sein de leur entreprise, disposent de l'accès le plus favorable au télétravail dans l'exercice de leur emploi (leur poste de travail doit néanmoins être compatible avec cette modalité d'exercice).
    Cette disposition est également de nature à faciliter les modalités concrètes d'exercice du mandat.
    Le Gouvernement est favorable au développement de l'ensemble de ces dispositifs qui permettent aux élus locaux de mieux concilier l'exercice de leur mandat avec leur activité professionnelle. Il ne souhaite pas néanmoins qu'ils conduisent à imposer des contraintes excessives aux entreprises, de nature à défavoriser les élus locaux dans leurs démarches de recherche d'emploi.
    Il n'est donc pas favorable à ce que les crédits d'heures soient obligatoirement rémunérées.

    Paru dans :

    ATD Actualité n°305

    Date :

    29 octobre 2020

    Mots-clés