de liens

    Thèmes

    de liens

    E-réputation

    Article

    Pour un élu ou une collectivité publique il est important d'être présent sur Internet : site institutionnel, blog, réseaux sociaux, etc. Mais le sujet n'est pas forcément l'auteur des informations véhiculées à son égard. Ainsi, très rapidement, la réputation d'un homme politique ou d'une commune peut être malmenée et les dégâts sont difficiles à réparer.

    La CNIL, mais aussi nombre de spécialistes en communication se positionnent pour aider les élus à soigner leur image sur la toile, leur e-réputation.

    Les assureurs commencent même à proposer des contrats pour protéger des risques liés à Internet, et notamment la publication de données privées sur la toile.

    Qu'est-ce que l'e-réputation ?

    La CNIL donne la définition suivante: « L'e-réputation est l'opinion publique véhiculée sur Internet concernant une personne physique ou morale.

    Cette image numérique liée à une personne est bâtie par tout contenu qui concerne cette personne et qui est mis en ligne sur les sites internet, réseaux sociaux, blogs, plateformes de partage de photographie ou de vidéo, ou encore par courrier électronique ».

    La loi informatique et libertés pour se protéger

    L'article 38 de la loi informatique et libertés de 1978 permet à toute personne physique de s'opposer, « pour des motifs légitimes, à ce que des données à caractère personnel la concernant fassent l'objet d'un traitement ».

    La CNIL a établi un modèle de lettre pour demander au webmaster de supprimer des données personnelles qui seraient diffusées sur un site, si des données portent atteinte à la vie privée, la réputation, la sécurité d'une personne physique.

    Le responsable du site dispose de deux mois pour donner réponse. Passé ce délai, l'internaute pourra adresser une plainte à la CNIL, et la commission interviendra afin qu'une réponse soit apportée.

    En cas de diffamation ou d'injures à votre encontre sur Internet, reportez vous à la question n° 3 « Injure et diffamation sur un site Internet ou un blog: que faire ? » page 17.

    Des moyens pour surveiller son e-réputation

    Si l'élu ou la collectivité peuvent maîtriser ce qu'ils diffusent sur Internet via notamment un directeur de communication, il est plus difficile de contrôler ce que les internautes écrivent à leur insu.

    Afin d'avoir un œil sur ce qu'il se dit sur vous ou sur votre collectivité, la CNIL donne un conseil simple, efficace et à la portée de tous: « googliser » son nom.

    Il s'agit de saisir régulièrement son nom ou celui de sa commune dans un moteur de recherche, tel « Google », et ainsi de prendre connaissance des informations qui circulent sur Internet concernant l'élu ou sa collectivité.

    D'ailleurs Google a mis en place un outil intitulé « Ma présence sur le web » qui permet à la fois de recevoir une notification lorsque vos données personnelles apparaissent sur Internet et de supprimer du contenu indésirable.

    Des professionnels proposent leurs services afin de protéger ou développer la notoriété de l'élu ou de sa collectivité, de réaliser donc ce suivi d'image.

    Une e-réputation positive

    Il est possible d'utiliser Internet pour véhiculer une image positive. Pour ce faire, il faut réfléchir à un certain nombre de mots clés qui pourraient être utilisés par les internautes dans leurs requêtes: par exemple nom de la collectivité associé à un projet en cours: « piscine », « école », « éolienne », « circulation », « rentrée scolaire », etc.

    Il est alors nécessaire de rédiger des contributions ou des commentaires sur des blogs, des forums de discussions, des sites d'actualité qui disposent d'une influence locale, en incluant ces mots clés. Ainsi lors des requêtes formulées par les internautes depuis un moteur de recherche, ces articles « positifs » vont apparaître dans la liste de résultats.

    Une autre solution pour contrecarrer les résultats négatifs qui remonteraient à partir d'une recherche via un moteur de recherche, consiste à multiplier la création de comptes au nom de l'élu ou de la collectivité sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Viadéo, Myspace, Google+, Pinterest, etc).

    La protection fonctionnelle de l'élu

    Le CGCT par ses articles L.2123-34 et 35 accorde la protection fonctionnelle au maire et aux élus municipaux le suppléant ou ayant reçu délégation, contre les violences, menaces ou outrages dont ils pourraient être victimes à l'occasion ou du fait de leurs fonctions et de réparer le cas échéant, le préjudice qui en est résulté.

    La protection de l'élu ne sera accordée par la collectivité que si les attaques dont l'élu fait l'objet, concernent l'exercice de son mandat actuel ou passé. Ainsi, les critiques relatives à la vie privée, ou à un engagement dans un parti politique, ne relèvent pas de la protection fonctionnelle.

    Paru dans :

    Conseil en diagonale n°10

    Date :

    1 janvier 2013

    Mots-clés