Gestion sanitaire de vagues de chaleur : une instruction et un guide formulent des préconisations

Afin de faire face aux conséquences sanitaires des vagues de chaleur  et d'éventuelles canicules, une instruction interministérielle du 7 mai 2021, a été adressée aux préfets. 

Cette instruction rappelle au préalable qu'en raison du contexte sanitaire lié au COVID-19 et à l'émergence de variants, les mesures de gestion de l’instruction interministérielle du 29 mai 2020 relative à la gestion des épisodes de canicule restent applicables pour cette année 2021 ( cf. article présenté dans l'Infolettre n° 267 du 15 juillet 2020.)

Au travers de cette nouvelle instruction, plusieurs préconisations sont formulées. Il est ainsi conseillé de sensibiliser les populations et notamment les plus vulnérables sur les bons gestes à adopter pour se protéger des épisodes de forte chaleur. A cet effet, des supports de prévention ( dépliants, brochures et affiches) sont mis à disposition de chacun par l'agence nationale de la santé publique et accessible sur santepubliquefrance.fr.

En plus des mesures de protection individuelle, des mesures adaptées de protection collective doivent aussi être mises en œuvre. L'instruction précise que ces dernières relèvent essentiellement de la responsabilité des acteurs locaux et sont définies dans la disposition spécifique ORSEC gestion sanitaire des vagues de chaleur, qu’il appartient au préfet d’élaborer avec l’ensemble des acteurs territoriaux concernés. 

Ce plan ORSEC permet ainsi de préparer et d'anticiper les mesures à mettre en œuvre en fonction des vigilances météorologiques déclenchées : jaune pour une épisode persistant de chaleur, orange pour la canicule et rouge en cas d'extrême chaleur. 

A noter, que pour aider les acteurs concernés à  l’élaboration de la disposition  spécifique ORSEC un guide a été réalisé par la direction générale de la santé. Ce guide de 72 pages, comprend notamment une série de fiches opérationnelles dont une intéresse directement les maires.

Cette fiche rappelle les différentes missions du maire en période de veille saisonnière ou lorsqu'il est amené à gérer une situation de crise liée à la canicule.

Ainsi, par exemple, en période de veille saisonnière, le maire doit :

  • Informer ses services de l’entrée en période de veille saisonnière, et les mobiliser ;
  • Informer et communiquer auprès de ses administrés, notamment envers les personnes âgées isolées et les personnes en situation de handicap de la possibilité de se signaler pour bénéficier d’un appui ;
  • Traiter les demandes d’inscription sur le registre des personnes vulnérables vivant à domicile, et veiller à sa mise à jour ;
  •  Mettre à disposition des populations, notamment des populations vulnérables, les localisations des espaces verts, fontaines, points d’eau potable, locaux collectifs disposant de pièces climatisées ou rafraichies (document, contact téléphonique, application smartphone, carte interactive sur le site de la commune, panneau lumineux…) ;
  • S’assurer de la diffusion des recommandations sanitaires, notamment auprès des populations vulnérables.

Enfin, on peut relever que l'instruction présente aussi deux dispositifs, il s'agit du :

  • dispositif de surveillance sanitaire qui analyse une série de données, telles que celles relatives aux passages aux urgences et le nombre d'actes de médecin de ville (SOS) pour les pathologies liées aux vagues de chaleur.
  • dispositif national d’appui et de conduite de crise sanitaire, qui permet notamment de mettre en place des actions de communication complémentaires à celles mises en œuvre par les acteurs territoriaux, en mobilisant des moyens nationaux ayant une audience plus importante, comme par exemple, l'activation du numéro vert « Canicule Info Services » (0800 06 66 66).