Parité dans les exécutifs locaux : le Haut Conseil de l’Egalité entre les Femmes et les Hommes (HCE) dresse un bilan après l'élection des maires

Le Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE) a dressé un bilan relatif à la parité dans le cadre des élections des maires et des adjoints qui se sont déroulées entre le 23 et le 28 mai pour toutes les communes dont l'assemblée a été élue dès le premier tour. Voici les analyses du (HCE).

De manière générale, dans les communes de 1 000 habitants et plus, les listes candidates ont majoritairement des hommes à leur tête : en mars 2020, les hommes représentaient ainsi 77% des têtes de listes candidates. Dans les communes ayant renouvelé leur conseil municipal dès le premier tour, la tendance s'est confirmée : les listes ayant obtenu plus de 50% des suffrages sont menées, pour 81% d’entre elles, par un homme. Or, la personne placée en tête de liste est quasiment toujours élue maire en cas de victoire électorale.

Il apparaît, toute commune confondue, que la proportion de femmes élues maires représente 19,2 % (18,5% dans les communes de plus de 1000 habitants et 19,5% dans les communes de moins de 1000 habitants). Plus la commune est petite et plus la représentation des femmes est élevée.

Par ailleurs, le HCE rappelle que  les élections municipales et communautaires de 2020 marquent l’avènement d’une nouvelle disposition paritaire : l’alternance de sexe sur les listes pour l’élection des adjoints dans les communes de 1 000 habitants et plus. Pour la première fois, les listes des adjoints ne devaient plus seulement être paritaires globalement mais être composées par alternance de sexe.  L’instauration de cette contrainte paritaire peut permettre une progression du nombre de femmes parmi les deux premiers adjoints, même s’il faut rappeler que les places de numéros 1 et  2 (maire/1er adjoint(e) ou président(e)/1er vice-président(e) d’intercommunalité) ne sont pas concernées par ces règles paritaires.