Les nouveautés de la rentrée scolaire annoncées

Dans l’attente de la loi pour une école de confiance en cours d’examen au Parlement, la circulaire du ministre de l’Education nationale publiée le 29 mai annonce les nouveautés de la rentrée 2019 dont une partie des mesures va concerner les communes et leurs groupements.

La circulaire porte essentiellement sur l’école primaire considérée par le gouvernement comme une priorité, l’inégalité des savoirs entraînant très souvent par la suite une inégalité sociale.

La proposition d’abaissement de l’âge de l’instruction à 3 ans figure dans le projet de loi précité mais elle est aussi d’ores et déjà annoncée dans la circulaire. Cette proposition a pour objectif d'offrir à la prochaine rentrée scolaire,  un cadre d’enseignement propre à réduire les inégalités, en faveur de 25 000 élèves supplémentaires, parmi les plus défavorisés.

Afin de développer le dédoublement, des classes de CP et CE1 en REP (Réseau d’éducation prioritaire) et REP+ (Réseau d’éducation prioritaire renforcée), 2300 enseignants seront recrutés malgré une baisse des effectifs d’élèves pour la rentrée 2019. Il est demandé aux rectorats de collaborer avec les collectivités locales pour parvenir à un complet dédoublement de ces classes pour les rentrées 2020 ou 2021. Ce dédoublement sera également opéré dans les classes de grande section de ces réseaux.

Le nombre d’élèves dans les classes de grande section, de CP et de CE1 hors REP et REP+ sera progressivement limité à 24 au cours des 3 prochaines rentrées.

Il est demandé aux recteurs de veiller à maintenir un service éducatif de proximité de qualité. Ainsi l'accord du maire sera demandé avant toute fermeture de classe dans les territoires ruraux.

Des formations associant les Atsem ( Agent territorial spécialisé des écoles maternelles) seront proposées en lien avec les collectivités locales employeurs afin de mieux harmoniser leur travail d’accompagnement des petits avec celui des enseignants.

Ce texte annonce une circulaire à venir à la rentrée sur l’école inclusive avec des mesures plus adaptées au terrain comme le renforcement des plans de formation locaux des enseignants aux situations de handicap de leurs élèves et une meilleure collaboration entre les services de l'Education nationale et les services médico-éducatifs. Des pôles inclusifs d'accompagnement localisé (PIAL) seront installés au niveau de chaque circonscription afin de proposer un accompagnement  plus adapté au besoin des élèves en situation de handicap.

Par ailleurs, l'expérience de découverte du patrimoine de proximité sera étendue cette année à des activités portant sur l'histoire de l'art. 

 

Paru dans :

Info-lettre n°236

Date :

15 juin 2019

Mots-clés