Guide du développement des cantines bio

Au menu des restaurants collectifs gérés par les communes, la loi EGALIM du 30 octobre 2018 (pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous) impose 50% de produits qui respecteront des écolabels et qui favoriseront les circuits courts. Parmi ces produits, au moins 20% seront issus du secteur biologique à l’horizon 2022.

Pour favoriser le développement d’une alimentation bio dans les cantines, l’association Plus bio publie un guide à l’attention des élus. Cette association constitue le premier réseau de cantines bio, elle rassemble les collectivités engagées dans la transition écologique et sociale des politiques publiques alimentaires.

Son guide  pratique répond à des questions comme « j’ai envie de m’y mettre, comment m’y prendre ? » ou « Mieux manger : où porter mes efforts ? » .Une rubrique « je balaie les idées reçues ! » présente une étude portant sur 3 000 cantines qui servent des produits bio et évalue le coût d’un repas composé à 32 % de bio à 1,88€. L’approvisionnement en bio de ces cantines dans un périmètre de 150 km a représenté 59 % des achats alimentaires locaux.

Il présente également la labellisation Ecovert qui aide les élus à dresser un cahier des charges garantissant l’utilisation de produits biologiques et locaux, la qualité et l’équilibre nutritionnel des menus ainsi que la gestion environnementale du site.

Enfin, des « recettes » d’ordre méthodologique sont données comme « communiquer dans et en dehors de l’école », « accompagner et former le personnel de cuisine » ou « réduire le gaspillage alimentaire ».

----------

Sur ce thème L'ATD31 a organisé les 26 et 27 mars 2019, une formation intitulée : "Restauration collective : promouvoir les circuits courts et le bio dans la commande publique". 19 élus ont participé à cette formation.