Promotion du dynamisme économique des territoires ruraux

Le Conseil économique, social et environnemental ( Cese) a adopté un rapport sur « la promotion du dynamisme économique des espaces ruraux » le 28 octobre dernier. Il définit 67 mesures prenant en compte tous les leviers économiques pour une meilleure cohérence territoriale.

Ce document préconise, avant toute démarche de développement économique d’un territoire, de dresser un « diagnostic territorial » qui pourrait être intégré dans le Schéma régional de développement économique (SRDE). Ce dernier fixe les grandes orientations stratégiques d'une région en matière économique et doit faire l'objet d'une concertation avec les collectivités territoriales, leurs groupements et les chambres consulaires (loi n°2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales).

Le rapport propose d'améliorer l'accessibilité et la visibilité des aides publiques accordées aux entreprises par une politique de rationalisation et de simplification. Ces aides sont accordées par de multiples organismes : l'Union européenne, l'Etat ou les collectivités et sont souvent "saupoudrées et sous-utilisées".

Afin de désenclaver les territoires et de fluidifier les déplacements humains, le rapport préconise que les liaisons entre cités et zones rurales soient renforcées. Les modes de transports soient rénovés ( réseaux ferrés, routes,...) et que le transport collaboratif soit développé (covoiturage, auto-partage, transports à la demande…).

Le rapport souligne que l'avenir des jeunes est un élément clé du développement territorial, encore faut-il qu'ils puissent accéder au même titre que les jeunes résidant en zone urbaine à l'enseignement supérieur. Ainsi, selon la Cese l'orientation des jeunes devrait être mieux structurée et proposer des hébergements en internat ou dans des logements à petit loyer dans le cadre de leur cursus.

Enfin, le rapport constate que la couverture en très haut débit de l'ensemble du territoire est essentielle. A l'initiative de l'Etat, un réseau d'échange permettrait une meilleure concertation sur les nouvelles formes de travail utilisant cet outil ( télétravail, visioconférences,...) entre les acteurs concernés ( Etat, collectivités locales, entreprises, organisations syndicales).

Paru dans :

Info-lettre n°158

Date :

15 novembre 2015

Mots-clés