Eclairage public : publication d’un guide sur les idées reçues

Dans le contexte actuel de hausse des prix de l’électricité, les recherches d’économie d’énergie se présentent comme un enjeu financier et environnemental essentiel.

Les collectivités locales sont concernées par ces démarches, notamment en matière d’éclairage, un guide intitulé « 8 fausses idées sur l’éclairage » a été réalisé par les Eco Maires (association nationale et internationale des maires et élus locaux) et le Syndicat de l’éclairage, à destination des collectivités.

Ce document, présenté le 13 octobre dernier lors d'une conférence de presse, a pour objectif de sensibiliser et d’aider les maires à trouver les bonnes idées sur l’éclairage extérieur et intérieur. Sous la forme de fiches pratiques et à travers huit fausses affirmations, le guide répond de manière simple aux questions que se posent les élus et clarifie ainsi certaines idées reçues et clichés sur l’éclairage. Il présente ensuite en complément de ses réponses des chiffres clés qui viennent étayer les explications apportées.

Voici les 8 fausses idées présentées par le guide :

« Idée n° 1 : Rénover le parc de luminaires n’est pas une priorité !

Idée n° 2 : Rénover l’éclairage plombe le budget municipal !

Idée n° 3 : Inutile de remplacer des lampes qui fonctionnent !

Idée n° 4 : Éteindre les lumières la nuit suffit.

Idée n° 5 : Un éclairage « intelligent » consomme plus qu’un éclairage classique.

Idée n° 6 : La rénovation de l’éclairage public ne concerne que l’éclairage extérieur.

Idée n° 7 : Réduire l’éclairage affecte la sécurité des habitants !

Idée n° 8 : Réduire l’éclairage intérieur est sans conséquence sur la santé des usagers ».

A titre d’exemple, dans le cadre de la deuxième fiche relative à l’impact de la rénovation de l’éclairage public sur le budget municipal, le guide précise que si l’investissement de départ peut être effectivement important, le remplacement des équipements d’éclairage par de nouvelles technologies permet de réduire les coûts. Un retour sur investissement pourrait être ainsi obtenu entre 5 et 7 ans.

Cette rénovation s’avère dès lors intéressante pour les collectivités pour lesquelles l’éclairage représente 37 % de la facture d’électricité.

Il est par ailleurs rappelé que les équipements jugés vétustes augmentent le prix du kWh d’électricité et nécessitent des services de maintenance.

Enfin, pour rappel, le SDEHG (Syndicat Départemental d'Énergie de la Haute-Garonne), propose sur son site internet, dans la rubrique « Activités », une page consacrée à l’éclairage public afin d’accompagner les communes à concevoir un « modèle d’éclairage public performant et respectueux de l’environnement ».

En complément, le SDEHG a mis en ligne un guide publié par la FNCCR (Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies), qui détaille plus précisément la définition de l’éclairage public en extérieur, son financement ainsi que le cadre juridique.

Paru dans :

Info-lettre n°318

Date :

1 novembre 2022

Mots-clés