de liens

Des poules en ville !

Elles gloussent ou caquettent et animent les fermes, mais de plus en plus les poules investissent aussi les zones urbaines. Des associations rappellent les vertus écologiques d’une poule. En plus de pondre des œufs frais, elle avale entre 150 et 200 kilos de déchets organiques par an.

La start up « Cocotarium », agréée économie sociale et solidaire (ESS), a un slogan : « avec du vieux, on fait du n’œuf ! ». Elle propose aux communes de rendre pédagogique et ludique l’écologie en installant de petits poulaillers clé en main dans les quartiers et de répondre à la loi transition énergétique pour une croissance verte qui imposera aux citoyens en 2025 de trier les biodéchets à la source. Elle assure des ateliers de découverte. Des communes comme Evry, Deauville ou Cabourg ont décidé d’être « cocottement engagées ! » .

De son côté, l’association « poule pour tous » invite les citoyens à sauver des poules pondeuses condamnées au bout de 18 mois à l’abattoir à cause d’une production plus faible. L’association recueille les poules auprès des élevages et les redistribue dans des points relais à travers la France (il n’existe pas pour l’instant de point relais dans le département de la Haute-Garonne). Les internautes peuvent ainsi passer commande de poules pour leur basse-cour. Il faut compter de 6 à 7 € la poule avec des tarifs dégressifs selon le nombre. Ces poules pourront ainsi connaître une seconde vie loin du stress et participer à la croissance verte !

Paru dans :

Info-lettre n°249

Date :

15 février 2020

Mots-clés