Des « trames nocturnes » pour lutter contre la pollution lumineuse et préserver la biodiversité

La pollution nocturne se caractérise par un éclairage continu de certaines zones notamment en milieu urbain.

Or, cette pollution a un impact nuisible tant pour la flore que pour  la faune. En effet, elle peut nuire à certains végétaux qui, exposés de manière continu à la lumière, dégénèrent plus rapidement. Concernant les animaux, cette pollution a un impact négatif en période de reproduction et de migration.

Afin de lutter contre ce phénomène et répondre aux exigences posées par la loi sur la biodiversité du 20 juillet  2016, des trames nocturnes peuvent être mises en place par les collectivités locales. Elles constituent un corridor dans lequel la lumière est adaptée ou supprimée pour limiter son impact sur la nature.

Cette notion de trame nocturne pourra être intégrée dans le cadre des  trames vertes ou bleues qui constituent un réseau formé de continuités écologiques terrestres et aquatiques identifiées par les schémas régionaux de cohérence écologique.

La métropole de Rennes a ainsi mis en place un plan de préservation et d’aménagement de l’obscurité. Elle a également créé « un paysage nocturne autour des rivières en définissant des spectres lumineux et des températures de couleur adaptés à la faune et à la flore ».