La part des femmes parmi les élus locaux : une étude de la DGCL dresse un bilan

Une étude réalisée par le Département des études et statistiques locales de la Direction Générale des Collectivités Locales (DGCL) et publiée au mois d’août relève qu’après les élections municipales de 2020 et départementales et régionales de 2021 :

La part des femmes parmi les élus locaux augmente

  • La part des femmes parmi les élus locaux atteint presque 42 % :

La mise en œuvre des dispositions relatives à la parité a entraîné mécaniquement la féminisation des conseils municipaux, départementaux et régionaux : alternance obligatoire d’un homme et d’une femme dans la présentation des listes électorales depuis 2014 dans les communes de 1 000 habitants ou plus, obligation de présenter des candidatures binominales (homme, femme) aux élections départementales, alternance des candidats de chaque sexe sur les listes aux régionales.

Ainsi, parmi les élus municipaux, la part des femmes est de 33 % après l’élection de 2001 et de 42,4 % en 2021.

Parmi les conseillers départementaux, la part des femmes est passée de 13,8 % en 2011 à 50 % en 2015 et en 2021.

Parmi les conseillers régionaux, la part des femmes a fortement progressé aux élections de 2004 et est maintenant de 48,6 %.

La part des femmes dans les conseils communautaires progresse moins vite. Elle est passée de 31,4 % en 2014 à 35 % au 1er janvier 2021.

  • Pour les fonctions exécutives locales, de maire et de président, la part des femmes est plus faible même si elle progresse : 

- 11,4 % des présidents de conseils communautaires 

- 19,8 % des maires (16,1% en 2014)

- 20,2 % des présidents des conseils départementaux

- 31,6 % des présidents des conseils régionaux

  • En revanche, davantage de femmes occupent les fonctions d’adjointes et vice-présidentes.

  • Après les élections municipales de 2020, les femmes sont plus souvent maires de petites communes que des grandes. En 2021, 22,4 % des maires des communes de moins de 100 habitants sont des femmes contre 18,8 % dans les communes de plus de 1 000 habitants.

  • Parmi les jeunes élus, il y a davantage de femmes.

La part des jeunes parmi les élus locaux diminue

Par rapport à 2015, la part des jeunes élus (moins de 40 ans) a diminué dans les conseils départementaux et régionaux en 2021. Celle dans les conseils municipaux et intercommunaux est restée stable entre 2014 et 2020.

On peut relever par ailleurs que 3,9 % des maires ont moins de 40 ans.

Quant à la répartition socioprofessionnelle des élus locaux, l’étude montre que par rapport à leur part dans la population de plus de 15 ans, les agriculteurs sont surreprésentés dans les conseils municipaux (8%) et les conseils communautaires (7,5 %), ainsi que les cadres dans les conseils régionaux et départementaux. A contrario, les employés et ouvriers sont sous-représentés.