Location de bâtiments historiques à des sociétés : une solution pour valoriser le patrimoine des collectivités

Article

Restaurer, préserver et mettre en valeur le patrimoine historique s’avère de plus en plus difficile pour les collectivités  locales qui sont amenées à réduire leurs dépenses.

Depuis des siècles, les monuments anciens ont fait l'objet d'adaptation aux besoins nouveaux de leurs propriétaires ; car avant d'être des monuments historiques, ils ont servi de lieux de vie comme les châteaux et les monastères, de lieu de culte comme les églises ou de lieu de défense ou d'entrepôts. Ainsi, la nouvelle vocation de ces monuments répond aujourd'hui à une demande immobilière notamment dans l'hôtellerie et à des impératifs financiers pour de nombreuses communes. Par ailleurs, le développement d'activités économiques dans des lieux anciens crée un émulation touristique et permets la création d' emplois sur place ou à proximité notamment dans le commerce.

De plus en plus de communes louent ainsi une partie de leur patrimoine à des sociétés ou des particuliers qui se chargent de les exploiter. A Sedan, la commune a confié le château fort du XV ème siècle à une société hôtelière qui gère plus de 60 chambres et un restaurant.  Il en est de même à Saint-Maximin dans les Bouches-du-Rhône où un couvent d'art gothique, appartenant à la commune, accueille des séminaires.

En 2009, une convention cadre a été signée par le ministère de la culture et le secrétaire d’Etat au tourisme pour promouvoir l’exploitation  « économique, raisonnable  et respectueuse… » du patrimoine historique. Sont ainsi encouragées les opérations de valorisation du patrimoine par la création d'activités d'hébergement, de tourisme d'affaire ou la création d'événements. L'agence Atout France apporte à cette occasion son expertise et son savoir faire en matière touristique. Elle conseille aujourd'hui près de 1200 partenaires dont de nombreux offices du tourisme ainsi que des comités régionaux et départementaux du tourisme.

 

 

 

 

 

Paru dans :

Info-lettre n°138

Date :

15 décembre 2014

Mots-clés